Docs utiles

8/ Conserver nos forêts

Pour télécharger la fiche résumé, cliquez sur le bandeau




Pour regarder le film, cliquez sur le logo




L’ASSOCIATION « NATURE COMMINGES »

Depuis sa création en 1991, l’association Nature Comminges, dont le siège est situé à Saint-Gaudens, est agréée pour la protection de la nature et du cadre de vie en Haute Garonne. Elle œuvre pour la protection, l’enrichissement et la connaissance de la nature. Très active pour la sauvegarde des espaces forestiers montagnards, elle étudie l’évolution des milieux et surveille les conséquences des activités humaines sur la nature commingeoise par des moyens d’actions tels que les suivis naturalistes, la veille écologique, des collaborations avec les gestionnaires du territoire, etc.
Dès sa création, Nature Comminges a monté un Observatoire de la fréquentation motorisée pour étudier la circulation des véhicules terrestres dans les espaces naturels et informer les gestionnaires du territoire. L’observatoire a consisté alors à remonter à pied ou à observer régulièrement l’état de la signalétique, des dispositifs de réglementation, à des périodes charnières de l’année :
• avant le début de la saison touristique,
• avant le début de la saison de chasse, de cueillette,
• durant la saison hivernale

Les actions en justice et de prévention menées en collaboration avec l’Office Nationale des Forêts ont permis de stopper la fréquentation dans certaines zones et de garantir une meilleure quiétude de la faune.

LES FORÊTS COMMINGEOISES

Le Comminges englobe la partie sud du département de la Haute Garonne, des coteaux de Gascogne au pied des plus hauts sommets, près de la frontière espagnole. Dans cette partie des Pyrénées centrales, de nombreuses forêts sont préservées et subnaturelles (Forêts proches de l’état naturel, non ou peu exploitées depuis des décennies), hébergeant des espèces d’une grande valeur patrimoniale.

La zone du front pyrénéen de Haute-Garonne se caractérise par des reliefs abrupts et accidentés, avec un taux de boisement de plus de 35%, composée très majoritairement de forêts publiques (domaniales et communales).

Les boisements mâtures peu ou pas exploités, appelés aussi vieilles forêts, favorisent de nombreux microhabitats et une diversité biologique extraordinaire. Ces massifs, généralement situés sur de fortes pentes, sont un lieu de prédilection pour le développement de la faune sauvage, les cervidés mais aussi de nombreuses espèces emblématiques des Pyrénées comme l’ours ou le grand-tétras, actuellement en fort déclin.

vieilles forêt commingeoise

LES FORÊTS MENACÉES

Depuis les années 1960, la construction d’un réseau de voirie forestière de plus en plus dense sur les massifs de montagne a favorisé la fréquentation illicite des activités de loisir motorisées, mais aussi le passage de nombreux ayant droits à proximité des sites vitaux de la faune pyrénéenne. Une forte montée en puissance des sports de loisirs de montagne est venue s’ajouter aux autres pressions sur le milieu, notamment aux domaines skiables qui, lorsqu’ils s’étendent en forêt, représentent de réelles menaces pour les espèces hivernantes.

Des applications spécifiques au massif forestier pyrénéen


La zone de quiétude pour les espèces sensibles :

Le monde forestier est le seul domaine ayant adopté d’une manière volontaire une série de mesures allant dans le sens de la quiétude des espèces, applicables aux forêts publiques dans les Pyrénées. L’exploitation annuelle ne peut alors concerner qu’un tiers d’un même massif, les deux tiers restants étant considérés comme zone de quiétude. Les sites les plus sensibles sont notés dans le guide de gestion forestière, comme les tanières ou sites d’élevage des jeunes où l’exploitation est nulle ou très réduite.


Exemple concernant la préservation du grand-tétras:

Le grand tétras est le plus grand galliforme sauvage européen. Les mâles sont dominés par les teintes noires et sont deux fois plus grands que les femelles qui ont une couleur brun roux. Il existe plusieurs mesures de gestion de l’espèce pour assurer sa préservation. Notamment, la gestion forestière tient compte de la présence du Grand tétras et n’exploite pas dans les sites vitaux et d’élevage des jeunes avant le 15 Juillet.

LE PROJET : L ‘OBSERVATOIRE DES FORETS COMMINGEOISES (OFC)

L’association a décidé de créer à partir du mois de Juillet 2015 un Observatoire des Forêts Commingeoises ayant pour objectif la reconnaissance et la préservation des espaces forestiers à forte naturalité et la protection des espèces forestières dans le Comminges.
Le principe d’action de l’observatoire est d’agir en amont de tout aménagement en travaillant sur les massifs forestiers avec différents partenaires institutionnels, les associations, les communes,…etc.
L’Observatoire Des Forets Commingeoises dispose de trois moyens d’actions :

  • La Veille écologique
  • La Sensibilisation
  • La Protection


Un partenaire incontournable : l’Office National des Forêts (ONF)

Des rencontres et échanges permettent à l’association et à l’ONF de débattre sur la mise en repos de parcelles répertoriées en tant que vieilles forêts pyrénéennes, sur la création possible de pistes dans des zones à enjeux ou encore de croiser des informations sur la prise en compte d’espèces floristiques.
D’autre part, l’association est consultée chaque année par l’ONF dans le cadre de la révision des plans d’aménagements forestiers à venir. Les données échangées sont ensuite prises en compte par chaque aménagiste. L’Office a également élaboré une cartographie globale du Haut Comminges, pointant toutes les parcelles en production et hors production des forêts publiques, croisées avec les parcelles de vieilles forêts.
L’ONF a pris dernièrement des initiatives intéressantes, comme la décision d’annexer à tout nouveau plan d’aménagement de forêt de montagne la couche « vieilles forêts » concernée.

LES MOYENS D’ACTION DE L’OBSERVATOIRE


La veille écologique :

La veille écologique constitue la principale mission de l’Observatoire des Forêts Commingeoises. Cette mission a pour but d’étudier les prévisions d’accès et d’aménagements dans des zones sensibles afin de prévenir, plutôt que guérir. Ce travail est croisé avec des données naturalistes, comme les peuplements de vieilles forêts pyrénéennes, les aires de répartition des Grands tétras, les sites vitaux d’Ours brun, etc. Cette mission est en collaboration avec les services de l’Etat, les collectivités, l’ONF, l’ONCFS ainsi qu’avec les autres usagers.

Les objectifs de la veille écologique sont de :

  • Faire respecter la réglementation
  • Recenser les espèces sensibles
  • Mettre en place des démarches d’informations
  • Instaurer des partenariats

Pour cela, l’observatoire des Forêts Commingeoises réalise différentes actions :

  • Surveillance des barrières et autres dispositifs d’accès sur les pistes et accès sensibles
  • Examen en amont des plans d’aménagement forestiers
  • Parcours des trails (courses de montagne) en forêts domaniales
  • Coupes rases faites sans autorisation de la DDT
  • Etudes naturaliste et partage de données d’espèces
  • Consultations Publiques (PPE, PNFB, etc)
  • Participation à des COPILS de projets bois énergie, etc.


Sensibilisation :

L’Observatoire a édité une plaquette de sensibilisation au dérangement de la faune lié au tourisme de montagne. Ce support a été financé par la Fondation Nature et Découvertes et a pour objectif d’informer les usagers occasionnels de l’impact de leurs activités sur les espèces locales. Cette plaquette met en avant les gestes et attitudes simples permettant de respecter la faune sauvage.

Des exposés, conférences et sorties de terrain sont proposées à destination de :

  • Grand Public, adhérents et élus locaux
  • Etudiants en BTS GPN ou écologie
  • Membres de l’association


Protection :

Plusieurs actions avec les partenaires locaux

  • L’Inventaire des vieilles forêts

Les vieilles forêts représentent environ 2800 ha de superficie dans le Comminges, situé au sud de la Haute Garonne, soit plus de 4 % des forêts de montagne du département.
Les critères d’une vieille forêt pyrénéenne :
• Critère d’ancienneté de l’état boisé : un sol forestier ancien d’au minimum 200 ans
• Critère de maturité : présence des trois dernières phases de la sylvigénèse (cf image 4)
• Critère d’exploitation : Forêt peu ou pas exploitée par le passé. (une vingtaine de sites n’ont jamais été exploités dans les Pyrénées centrales).
• Critère de diamètre : Des bois vivants (diamètre de plus de 70cm), morts au sol ou sur pied (damètre de plus de 40 cms) et supérieurs à 10 sur 1 hectare. Les diamètres peuvent varier selon le type de sol, la région, etc.
• La présence d’espèces de fin de succession écologique, les dryades (Hêtre , Sapin pectiné, Pin Sylvestre, Pin à crochets), doivent être installées

    

Sortie terrain                                            Mesure de diamètre des troncs

Et d’autres actions telles que :

  • La mise hors sylviculture de parcelles à enjeux
  • Mise en ilots de sénescence* Natura 2000

*Un ilot de sénescence est une zone mise hors sylviculture pour un minimum de 30 ans, ce qui permet une évolution spontanée jusqu’à la mort naturelle des arbres. Le bénéfice écologique est fort, grâce à une représentation des espèces liées aux stades âgés de la forêt.
En zone Natura 2000, il est possible de monter des contrats forestiers afin de protéger en îlot de sénescence des habitats matures refuges d’espèces qui étaient prévus en exploitation (câble ou piste à tracteur). Lorsque le propriétaire s’engage à ne pas effectuer de coupe sur cette durée, l’enveloppe financière est de 2000€ l’hectare.

Perspectives

L’association réfléchit actuellement à un Projet de Réserve de Biosphère dans les Pyrénées centrales, au cœur du futur Parc Naturel Régional Pyrénées-Comminges…
La structure espère également créer un réseau d’observatoire qui collabore avec d’autres associations à l’échelle des Pyrénées de l’ancienne région Midi-Pyrénées et peut-être un jour au-delà.

SAVIEZ-VOUS QUE… ?


75% des effectifs des Grands-Tétras ont disparu depuis 1960. Malgré cela, cette espèce est toujours chassée dans les Pyrénées françaises, et est par ailleurs également victime d’un braconnage persistant.

BILAN DES ACTIONS DE « L’OBSERVATOIRE DES FORETS COMMINGEOISES »



Pour plus d’informations :


Association Nature Comminges
Maison des Associations
51 Rue du Pradet
31800 SAINT-GAUDENS

ACCUEIL

Crédits photos ©Freepik, ©FNEMP