Docs utiles

1/ Favoriser une agriculture durable

Pour télécharger la fiche courte, cliquez sur le bandeau




Pour regarder le film, cliquez sur le logo



DES PRATIQUES AGRICOLES NÉFASTES

Les produits phytosanitaires assurent la protection des productions agricoles contre les insectes nuisibles, les champignons et les adventices (« mauvaises herbes »). La vente des phytosanitaires s’élevait à 63 187 tonnes en France en 2012, dont : fongicides (45 %), herbicides (40 %) et insecticides (2 %). (source : UIPP)
Cependant, ces produits phytosanitaires ont un impact néfaste sur l’environnement et leur surutilisation détruit graduellement notre patrimoine végétal et animal.
Ils sont, par exemple, une des principales sources de pollution des eaux par le secteur agricole. En France, les pesticides sont présents dans la quasi-totalité des cours d’eau. En 2012, sur les 191 secteurs hydrographiques caractérisés, un seul ne comportait pas de pesticides.
Les pesticides sont également présents dans la plupart des eaux souterraines pourtant protégées naturellement par les couches géologiques. Ainsi, en 2012, seules 40 entités hydrogéologiques, sur les 197 faisant l’objet d’un suivi, ne présentaient pas de pesticides (données SOeS, L’eau et les milieux aquatiques – Chiffres clés – Édition 2016).
Diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires est donc un enjeu environnemental mais également un enjeu majeur de santé publique. C’est protéger ceux qui utilisent ces produits, les riverains et les consommateurs. Il est ainsi visible que les pratiques actuelles d’entretien et d’optimisation des terrains agricoles doivent être transformées.

QUI EST L’ENTREPRISE « NAÏO TECHNOLOGIES » ?

Créée en novembre 2011 par deux ingénieurs en robotique, Naïo Technologies développe et commercialise des robots agricoles pour le désherbage et le binage des cultures. Les robots sont conçus pour assister les agriculteurs dans leurs tâches quotidiennes afin d’alléger leur charge de travail, de préserver leur capital santé et d’optimiser la rentabilité des exploitations tout en limitant l’impact environnemental.
En 2010, suites à des échanges entre des producteurs landais et Gaétan Séverac, co-fondateur de Naïo Technologies, ce dernier s’est aperçu qu’il y avait, dans les productions maraichères, d’importantes problématiques de disponibilité de main d’œuvre, de pénibilité du travail et d’utilisation de désherbants de moins en moins autorisés. Il lui est apparu que la technologie et la robotisation de tâches pouvaient apporter une alternative à l’utilisation de produits chimiques et apporter des solutions aux agriculteurs quant à leurs activités les plus pénibles, notamment le désherbage.
L’objectif de l’entreprise est ainsi de participer concrètement à une agriculture durable grâce à des outils autonomes limitant la quantité d’intrants chimiques et préservant les sols et les cultures.


Désherbage manuel

LE PROJET : DES ROBOTS AU SERVICE DE L’AGRICULTURE


Une gamme de plusieurs robots

C’est dans cet esprit que Naïo Technologies conçoit une gamme de robots électriques. Ces robots effectuent un désherbage mécanique par binage régulier, évitant ainsi l’utilisation de désherbants chimiques et l’exposition des agriculteurs aux produits nocifs. Ils diminuent donc à la fois la pénibilité de l’activité agricole, les impacts sur l’environnement et la pollution des sols et des eaux.
Ces robots se composent comme des porte-outils polyvalents, multi-usages sur lesquels sont greffés des outils différents en fonction des besoins, des cultures et des types de sols : bineuse à soc, herse étrille, rasette à brosse, bineuse à ressorts, chariot, remorque, etc. Ainsi, avec chaque robot, est fourni un kit minimum de trois outils. Le désherbage s’effectue non pas par un labourage profond des sols mais par un entretien régulier en surface de retournement ou de recouvrement des adventices.


Des robots électriques

Les robots de Naïo Technologies sont à propulsion électrique avec batteries rechargeables (autonomie maximale de 10 heures) et consomment donc beaucoup moins d’énergie qu’un tracteur. Il faut compter environ 2 kWh par hectare soit 25-30 centimes par hectare. Ces moteurs électriques sont silencieux et permettent de diminuer les nuisances sonores pour le producteur et son voisinage. L’utilisation d’une motorisation électrique évite également toute pollution par les gaz d’échappement. Les robots sont ainsi particulièrement appréciés lors d’exploitations sous serre.


Des robots made in France

Naïo Technologies se charge de la conception, du montage et de la vente de ses robots. Quant à la fabrication, les pièces proviennent de France, majoritairement de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, à l’exception des moteurs produits en Italie.


Et le prix ?

Les prix d’achat varient selon les robots : entre 21 000€ et 24 000€ pour OZ contre 3 000€ à 4 000€ pour COSI (cf détail des robots plus bas). Les robots peuvent également être loués, mais la location est souvent utilisée par les exploitants pour tester leur utilisation et les prendre en main avant leur achat définitif.
L’achat des robots peut faire l’objet d’aides financières. Deux types d’aides sont possibles :

  • Une aide distribuée par la MSA (Mutualité Sociale Agricole) liée à la réduction de la pénibilité du travail et des TMS (troubles musculo-squelettiques) chez les agriculteurs. Elle s’élève entre 2 000€ et 3 000€ ;
  • Une aide régionale et européenne, liée au PCAE (Plan pour la Compétitivité et l’Adaptation des Exploitations agricoles), pour la diminution de l’utilisation de produits phytosanitaires, pouvant aller de 20 à 50% du prix d’achat en fonction des régions.


Mise en service

Une fois le robot acheté, il est livré directement chez l’agriculteur qui reçoit une formation d’une demi-journée. Dans les 6 semaines qui suivent, les salariés de Naïo Technologies reviennent deux demi-journées supplémentaires pour accompagner l’exploitant.
Afin que le robot soit autonome et en optimisation économique, il est nécessaire que l’agriculteur se mette au cahier des charges du robot c’est-à-dire qu’il tienne compte des spécificités du robot, des écartements de culture, des zones de demi-tour, etc.


Le SAV

Le service après-vente est géré directement par l’entreprise.
En ce qui concerne la partie mécanique, les robots sont composés de blocs. S’il y a une défaillance sur le robot, l’agriculteur est en mesure de faire un diagnostic à distance. Un nouveau boitier lui est envoyé et il doit simplement faire des branchements et des débranchements. De plus, les moteurs étant électriques, il y a peu de maintenance à effectuer.
En ce qui concerne la partie logiciels, dès lors qu’il a des évolutions du code informatique du robot, des mises à jour régulières sont envoyées aux clients qu’ils mettent sur une clé USB et qu’ils branchent sur le robot. Ils voient alors le champ des possibles augmenter dans l’utilisation du robot.

UNE GAMME DE ROBOTS


Robot de désherbage OZ

Créé en 2013, OZ a été le premier prototype fonctionnel de l’entreprise. Il en existe une cinquantaine en France, en Belgique et au Danemark.
OZ est un robot de désherbage conçu pour les exploitations maraichères, de circuit court, qui ont une petite/moyenne surface (entre 1 et 10 hectares) avec une grande diversité de culture et une compétition dans les tâches à effectuer. En effet, chez les maraichers, le désherbage représente 1/3 du temps de travail notamment dans exploitations bio. L’idée est de déléguer cette activité de désherbage à un engin et notamment à un robot. OZ va donc permettre de dégager du temps pour faire d’autres tâches telles que la récolte, la plantation ou encore la commercialisation des produits. OZ désherbe ½ hectare à un 1 hectare par jour en fonction de la batterie utilisée (d’une dizaine d’heure d’autonomie à 3/4h pour les batteries les plus standards).

La majorité des exploitants utilisant OZ sont des agriculteurs biologiques mais il y a également des pépiniéristes et des vignerons.
OZ est équipé d’un boîtier de configuration qui permet de choisir le mode de fonctionnement (autonome ou manuel) qui convient à l’exploitant. Le boîtier demande également de définir les informations relatives à la parcelle qu’OZ doit traiter (nombre de rangées, dimensions, etc…).
En mode autonome, OZ travaille tout seul, sans surveillance. Le robot suit les allées des cultures d’une parcelle puis, en bout de rangée, réalise tout seul son demi-tour et passe à la rangée suivante.


OZ en mode automatique

La plus grande innovation de Naïo Technologies repose dans son système de guidage. En effet, le robot ne se guide pas grâce à un GPS (comme la plupart des machines agricoles) mais grâce à un système de lasers et de caméras. Il se guide en suivant à la ligne de culture. Le capteur laser repère les formes et la caméra repère les couleurs. Il n’y a ainsi pas besoin d’avoir un signal satellite. Le robot fonctionne donc également sous serre. À la fin de l’exécution d’un mode automatique, OZ envoie un SMS d’information à son propriétaire pour le prévenir que le travail est terminé. Il est aussi capable de détecter des anomalies (obstacles, blocages de l’outil, erreur dans la longueur de l’allée, etc.) et envoie alors un SMS d’alerte.

En mode manuel, le robot est guidé par l’utilisateur à l’aide d’une télécommande sans fil.
OZ peut également transporter des charges et tracter une remorque pour assister l’exploitant lors de la récolte ou pour effectuer d’autres tâches lourdes.
Le robot coûte environ 21 000€ avec une batterie standard (au plomb) et jusqu’à 24 000€ avec une batterie de plus longue autonomie (au lithium). Le retour sur investissement est de 3-5 ans pour une exploitation moyenne de 5 hectares.



Motobineuse électrique COSI


COSI permet de biner les cultures sans pesticides et sans se faire mal au dos. A l’inverse de OZ, COSI n’est pas autonome, elle ne se guide pas seule. Elle n’a pas d’intelligence artificielle ; l’exploitant se situe derrière elle pour la diriger entre les parcelles.
Par rapport à un motoculteur classique, la bineuse électrique COSI ne répercute pas de fortes vibrations dans les bras et diminue ainsi les risques d’apparition de troubles musculo-squelettiques (TMS) pour l’exploitant. Elle apporte un confort de travail, une alternative à des motoculteurs parfois bruyants et pénibles à démarrer et à utiliser. COSI est particulièrement adaptée aux exploitations de petite surface (environ 1 hectare) et aux exploitations sous serre.
Il en existe une vingtaine en France et en Belgique, pour un prix entre 3 000€ et 4 000€ en fonction du type d’outils installés dessus.


Robot pédagogique Little OZ

Naïo Technologies a également développé un robot pour l’enseignement et la recherche : Little OZ. Véritable outil pédagogique proposé aux écoles et laboratoires, il permet aux étudiants de mettre en valeur leurs compétences en programmant un robot autonome.



Perspectives


Naïo Technologies travaille actuellement sur les prototypes de trois robots pour d’autres types de cultures spécifiques que le maraichage.

Le premier, DINO, est un robot enjambeur pour le désherbage mécanique des légumes en planches tels que des salades. En effet, pour des légumiers avec des exploitations de 40/50 hectares de légumes en plein champs, il était nécessaire d’avoir un engin plus imposant qu’OZ qui vienne désherber des planches c’est-à-dire des bandes de 1m/1m20 des légumes qui se répètent. DINO, enjambeur entre 1m20 et 1m80, sera capable de travailler 4 à 5 hectares jour.

le robot DINO

Le second, TED, est destiné au désherbage mécanique des adventices sous le rang des vignes espacées de 2m à 3m mais également à d’autres fonctionnalités comme la tonte, l’effeuillage, le rognage, etc. Il s’agit d’un projet collaboratif, co-financé par la Région Midi-Pyrénées, avec l »Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) et le LAAS-CNRS (laboratoire de recherche en robotique à Toulouse). Leur objectif est d’avoir un prototype en test dans les vignobles en 2017.
Enfin, le dernier projet, ChenilleOZ, est un robot pour des rangs de vignes serrés (1m) comme en Champagne. Il est une adaptation de OZ avec des chenilles et plus de puissance.


Récompenses

La plus-value du robot OZ est d’avoir un système de guidage particulier (laser et caméra). Naïo Technologies est une des seules entreprises au monde à avoir des robots qui fonctionnent avec ce genre de système dans les champs. C’est pourquoi la société a remporté de nombreux prix au niveau national et international que ce soit en agriculture (ex : 2nd prix du salon agricole SIVAL de fruits et légumes à Angers) ou dans des domaines liés à la technologie, à la robotique. L’entreprise a notamment obtenu le grand prix du jury 2015 du concours national du Ministère de l’économie numérique sur une notion nouvelle qui s’appelle la cobotique c’est-à-dire le partage de tâches entre l’homme et le robot.
Il est difficile de breveter l’ensemble d’un robot. Le seul élément qui peut être breveté est le système de guidage qui est essentiellement du code informatique.


Toujours plus loin dans la démarche …

Outre la conception de robots respectueux de l’environnement, Naïo Technologies a engagé depuis 2013 une démarche de RSE (« Responsabilité Sociétale des Entreprises »). La RSE permet aux entreprises de contrôler leurs impacts sociaux, environnementaux, et économiques ainsi que ceux de leurs partenaires, clients et fournisseurs.

SAVIEZ-VOUS QUE… ?

Lancé en 2008 à la suite du Grenelle de l’Environnement, le plan Écophyto vise à aider les agriculteurs à utiliser moins de produits phytosanitaires tout en maintenant des niveaux de production agricole performants tant en quantité qu’en qualité. Le plan a pour objectif de réduire de 50% l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à l’horizon 2025. La France doit produire mieux en réduisant la dépendance des exploitations aux produits de protection des plantes. Les nouvelles pratiques économes en produits phytosanitaires permettent de favoriser la biodiversité et de mieux respecter les sols.

BILAN DE L’ENTREPRISE « NAÏO TECHNOLOGIES »


Pour plus d’informations :

Naïo Technologies
Villa EL PASO l’Europe, 12 Avenue de l’Europe
31520 Ramonville-Saint-Agne

Robots agricoles – Naïo Technologies


09 72 45 40 85
contact@naio-technologies.com

Crédits photos © NAÏO TECHNOLOGIES, ©Freepik