Docs utiles

11/ Recycler le marc de café grâce aux champignons

Pour télécharger la fiche résumé, cliquez sur le bandeau



Pour regarder le film, cliquez sur le logo !



LE MARC DE CAFÉ

On produit 7 millions de tonnes de marc de café par an dans le monde. (source : http://www.planetoscope.com)
Même s’il est considéré le plus souvent comme un déchet, ce marc de café peut être réutilisé de multiples façons, notamment pour cultiver des champignons, pour les cultures ou comme biocarburant.

La culture de champignons sur du marc de café se base notamment sur le principe de biomimétisme. Le biomimétisme consiste à s’inspirer des stratégies élaborées par les organismes vivants et à tirer parti des solutions et inventions produites par la nature. Ainsi, les sacs de culture des champignons représentent les troncs d’arbres en décomposition sur lesquels poussent les pleurotes dans le milieu naturel.

QUI EST L’ASSOCIATION « CAFÉ DES SPORES » ?

L’association Café des Spores a été créée par Pauline Petit en novembre 2015 dans la région toulousaine. L’idée est simple : valoriser un déchet local pour faire de l’alimentation locale. Le café, très bon substrat disponible en masse dans la région, permet de produire des champignons en circuit court.

La principale activité de Café des Spores est la production et la vente de champignons frais à destination des magasins paysans et des restaurants de Haute-Garonne. Actuellement, la production est vendue dans son intégralité au restaurant toulousain Roulez Papilles et à des petits comptoirs.
L’association vend également des kits de culture de champignons à faire pousser chez soi. Les particuliers peuvent ainsi faire pousser les champignons directement dans leur cuisine. Les kits reposent sur le même système de sacs mais à une échelle plus réduite et donc adaptée à la cuisine. Ces kits représentent un intérêt pédagogique : ils permettent d’observer la pousse rapide de champignons. Les champignons seront entre autres plus frais que ceux qu’ils auraient pu trouver dans les commerces.
Café des Spores a aussi mis en place des activités annexes telles que des formations pédagogiques autour de la production de champignons ou encore des ateliers de fabrication de kits de culture. Des ateliers de sensibilisation sur le zéro déchet, sur le zéro gaspillage et sur la valorisation de la matière organique ont pour objectif de présenter au grand public ce qu’il peut être fait avec des déchets.
Enfin, l’association revend ce qui reste après la récolte en compost pour les maraîchers.
Aujourd’hui, Pauline est accompagnée de deux bénévoles réguliers et trois occasionnels. En septembre 2016, elle prévoie d’embaucher une des bénévoles à temps plein.

Pauline Petit, Présidente de Café des Spores

LE PROJET : CULTIVER DES CHAMPIGNONS SUR DU MARC DE CAFÉ


Le projet

Il s’agit d’offrir une solution au problème de la gestion des déchets en valorisant une ressource disponible en masse et peu gourmande en matières premières naturelles, le marc de café, pour y faire pousser des pleurotes sans pesticides ni engrais.
Café des Spores récupère le marc de café sur l’agglomération toulousaine et dispose d’un espace fermé de 70m² pour les cultiver.
Cette démarche d’économie circulaire vise une production « zéro déchet » : on réutilise un déchet (le marc de café), on produit un aliment (les pleurotes) et ce qui reste après la récolte peut être recyclé en tant que compost pour les maraîchers locaux ou les potagers urbains, le marc de café étant un bon support azoté pour les cultures.
La production s’élevant actuellement à 20kg par mois, l’objectif est de produire à terme 400 kg/mois de champignons qui seraient vendus aux acteurs privilégiant les produits locaux et de qualité : magasins de producteurs, magasins de primeurs de qualité, vente en ligne, AMAPS, grossistes et restaurants. La vente se ferait ainsi par le biais d’intermédiaires et non directement du producteur au consommateur.
Les pleurotes sont particulièrement appréciés des restaurants cherchant une grande qualité dans leurs produits. En effet, les champignons sont plus qualitatifs puisqu’ils sont plus frais, plus fermes car généralement cueillis le jour même ou la veille et livrés en fin de matinée. Ils vont également contenir moins d’eau que des pleurotes cultivés de façon industrielle ; tout en ayant l’avantage de ne pas avoir de goût particulier ni de teneur en caféine.


Comment ça marche ?

Le marc de café est mélangé à des copeaux de bois et du mycélium (« graines » de champignon). Ce mélange est mis dans des grands sacs de culture. Il y a une première phase d’incubation pendant 3 semaines/1 mois où les sacs sont placés dans des endroits fermés, sombres (caves, hangars, etc.) ; le temps que le mycélium se développe et que le marc de café devienne blanc.

Incubation en cave

Les sacs de culture sont ensuite placés dans un lieu plus chaud, exposé à la lumière : la pousse des champignons commence. C’est la phase de fructification. Comme en pleine nature, les pleurotes vont pousser sur les sacs comme s’ils étaient des troncs d’arbres, se nourrissant de la matière en décomposition. Au bout d’une dizaine de jours, les premiers pleurotes sont prêts à être cueillis. Il peut y avoir 2 à 3 récoltes de champignons pour un même sac, sur une durée d’un mois et demi. C’est donc une fructification cyclique. Il en va de même pour les kits où les champignons vont pousser régulièrement par grappes sur les sacs en plastiques.

Grappes de pleurotes

 
Pousse et récolte de pleurotes

Le rendement actuel est aux alentours de 20%. Pour un sac de 6kg, environ 3kg de champignons sont récoltés et pour un sac de 1,7kg (les kits), la production est à peu près de 1kg.


Kit de pleurotes

Le mycélium est acheté auprès d’une société de production de « blanc de champignons » et les copeaux proviennent de la société Symbiosphère qui fabrique des gîtes à faune à partir de bois non traités (voir Fiche 1 Bonnes Pratiques Biodiversité).


Perspectives

Les potentialités de développement et de diversification de l’activité de Café des Spores sont nombreuses :

  • Développer la production d’autres champignons comme la vente de shiitakés. Les pleurotes se vendent 7-9 euros le kilo, alors que les shiitakés 12 euros le kilo ;
  • Créer une filière bio par une collecte spécifique de marc de café bio dans Toulouse avec une unité de production d’agriculture urbaine en centre-ville ;
  • Multiplier les ateliers de sensibilisation, les formations autour de l’économie circulaire et de la production de champignons ;
  • Ne plus acheter le mycélium mais le produire directement afin d’être autonome en approvisionnement ;
  • Produire des champignons à partir d’autres substrats : drèches de brasserie, paille, etc. Des expériences sont déjà en cours ;
  • Valoriser davantage le compost récolté à la fin de la cueillette des champignons.

De taille réduite, Café des spores est pourtant très soutenue à la fois par des entreprises, des organismes et des collectivités, notamment la Région et l’Ademe. L’association est entourée de tout un écosystème de structures très dynamiques qui permettent d’avancer dans la réduction du gaspillage, dans l’alimentation locale et dans la valorisation de la matière organique.
Café des Spores a d’ailleurs gagné le Prix de l’économie circulaire délivré par l’Association Française des Entreprises pour l’Environnement (EpE). Ce prix va lui permettre d’acheter plus de matériel pour développer son activité.

SAVIEZ-VOUS QUE … ?

Le marc de café peut être utilisé en biocarburant. L’Université du Nevada a montré que le marc de café contient en moyenne 15% d’huile qui a l’avantage de se conserver plus d’un mois dans des conditions normales.
Si la totalité de la production mondiale de café était recyclée, ce serait 1 million de m3 de biocarburant qui serait obtenu. (source : http://www.planetoscope.com)





Pour plus d’informations :

Association Café des Spores
cafedesspores.org
06 35 24 24 13
cafedesspores@yahoo.fr

Crédits photos ©FNEMP, ©Freepik, ©Café des Spores