Docs utiles

Fiche n°10 : Anticiper le climat de demain

Pour télécharger la fiche (résumé) cliquez sur la bannière !




Pour voir la vidéo associée, cliquez sur le logo !



LES ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Aujourd’hui, nous savons que le changement climatique existe. D’après le dernier rapport du GIEC, les activités humaines sont en cause, à 95%, de l’accélération / accentuation de ce phénomène naturel.
Les concepts de « changement climatique » et « d’objectif 2°C » sont peu compréhensibles et palpables par la majorité des citoyens.
En effet, ce sont des concepts temporellement et géographiquement lointains, globaux, abstraits et donc insensibles.

Ainsi, comment comprendre les impacts qu’auront les climats de demain, lointains, sur les activités humaines ?
À l’inverse, comment se représenter les impacts de nos activités actuelles sur les climats de demain ?
Aujourd’hui, des outils sont développés pour rendre accessible les scénarios climatiques, grâce aux prévisions météorologiques.
Ces outils sont nommés DRIAS et VIADUC, et ont des bases de données remplissant un rôle d’information et de support pour les acteurs des territoires.
Ils sont développés par le Centre National de Recherche Météorologique (CNRM), service de recherche de Météo France, basé à Toulouse.


LE CENTRE NATIONAL DE RECHERCHE MÉTÉOROLOGIQUE (CNRM)

Le Centre National de Recherche Météorologique (CNRM) est le service de recherche de Météo France. Il assure les activités de recherche et les coordonne au sein de Météo France, qui est le service météorologique national français.
Les missions du CNRM reposent sur la prévision du temps et l’évolution du climat. L’amélioration de la connaissance de l’atmosphère est au cœur de son exercice, pour mieux comprendre les processus d’évolution.
C’est grâce à ce travail de recherche que plusieurs outils ont été mis à la disposition du grand public afin de rendre plus accessible les données météorologiques de prévision du climat de demain. Parmi ceux-ci, DRIAS et VIADUC.
Pour plus d’informations sur Météo-France, cliquez sur le logo.




DRIAS

Donner accès aux scénarios climatiques Régionalisés français pour l’Impact et l’Adaptation de nos Sociétés et environnements.
Au cours des années 2000, alors que les questions du développement durable et des changements climatiques prennent place sur le devant de la scène publique, une forte demande d’informations climatiques claires émerge de la part d’une diversité d’acteurs.

C’est alors que le CNRM développe l’outil « DRIAS, les futurs du climat ».

C’est une plateforme internet (www.drias-climat.fr), offrant un service public et gratuit. Elle met à disposition les scénarios climatiques régionalisés pour la France à tous les utilisateurs qui en auraient besoin (par exemple les laboratoires, les bureaux d’études, les collectivités, etc.).
L’objectif de DRIAS est de faciliter l’accès aux informations climatiques sous forme de données numériques ou de cartes interactives. Elles permettent une découverte immédiate et une première analyse des futurs climatiques du territoire français. La compréhension de ces éléments est accompagnée par la mise à disposition de documents, une foire aux questions (FAQ) et une hotline.
Également, il s’agit de favoriser le passage à l’action en fournissant des données climatiques du futur, et ainsi inciter à la mise en œuvre de démarches d’adaptation.

VIADUC


Valoriser Drias et Innover sur l’Adaptation grâce au Design avec des Usagers concernés par le Climat.

Le projet VIADUC a pour ambition d’aller plus loin que DRIAS, en améliorant la compréhension et l’appropriation des données climatiques par les utilisateurs, en faisant appel à un designer de service .
L’idée est de « remettre l’utilisateur au centre », c’est-à-dire s’attacher à ses besoins et s’y adapter, en lui proposant des informations plus proches de lui pour faciliter sa compréhension.
Pour cela, il lui faut des données géographiquement parlantes (c’est-à-dire des données locales) ; des données anciennes, permettant de faire appel au vécu et à la mémoire des évènements météorologiques et climatiques passés, l’amenant par comparaison, à comprendre les évolutions à venir du climat actuelles et futures.
Il s’agit de la vulgarisation des données climatiques. Ainsi les utilisateurs peuvent les comprendre et s’en saisir au mieux pour leurs projets.
VIADUC cherche également à aller au-delà de la vulgarisation scientifique en étant un processus de réflexion portant sur la dimension temporelle et géographique du changement climatique.


VIADUC, UNE « EXPÉRIENCE DE PENSÉE » INNOVANTE

L’innovation qu’apporte VIADUC est la méthodologie construite d’une expérience de pensée. Celle-ci suppose une première phase d’écoute et d’observation au plus proche du terrain. Ensuite, c’est la forme de transmission des données qui est revue, afin de pouvoir contribuer plus efficacement aux démarches d’adaptation sur les territoires.
Ainsi lors de la première phase du projet, les scientifiques accompagnés du designer de service sont « sortis de leurs laboratoires » pour réaliser des observations sur le terrain, en immersion avec les utilisateurs de données climatiques. Aucune initiative concrète n’a été lancée par les chercheurs, mais une série de constats à pu être établie permettant d’identifier les besoins des utilisateurs afin d’améliorer au mieux l’outil VIADUC.
Les informations et explications fournies par les scientifiques, chercheurs et climatologues sont trop compliquées et sont destinées principalement à un cercle d’initiés. Ainsi elles sont trop « obscures » et en deviennent inutilisables par le public, même s’il s’est approprié la question climatique. L’avancée apportée par DRIAS est donc incomplète et insuffisante pour inciter à passer à l’action.
En effet, les scénarios climatiques régionalisés montrent un changement de climat dans un contexte temporel hors des perceptions individuelles (des moyennes sur 10 ou 30 ans n’ont pas, ou peu de signification pour un individu). Il s’agit de faciliter la compréhension des effets du changement climatique à court, moyen et long termes.


« L’utilisateur s’intéresse à la perspective climatique quand il doit traiter un projet à long terme. Il veut aussi pouvoir ancrer ces perspectives futures, virtuelles, dans une mémoire et une culture personnelle, construite sur la base de ses expériences : il paraît ainsi impensable que le passé ne soit pas décrit et que les indicateurs observés ne soient tournés que vers un futur impalpable. » Philippe Dandin, directeur adjoint et scientifique du CNRM

De même, la géographie est dépersonnalisée : l’échelle est planétaire, continentale ou régionale quand la réflexion et l’action sont locales. Les manifestations du changement climatique aux pôles, par exemple, sont des concepts difficiles à appréhender lorsque l’on n’est pas sur place. Elles sont donc bien trop éloignées des préoccupations quotidiennes.


« Ces projections offrent un ensemble de futurs qui frustrent bien plus qu’ils n’offrent une vision, et qui posent davantage de questions qu’ils n’en résolvent. Le climat est un objet insensible et les scénarios climatiques n’aident pas à se l’approprier. »
Philippe Dandin

Il s’agit de rendre sensible au changement climatique, à l’échelle locale en proposant des données pour « ici, maintenant, mon projet ». Ce n’est qu’ainsi que les réflexions sur le temps long peuvent s’inscrire dans les contingences courtes – et inversement dans certains cas.


« C’est donc à un jeu perpétuel d’allers-retours entre le passé, le présent et les futurs, mêlant le climat à la prévision du temps, qu’invite à réfléchir VIADUC. »
Philippe Dandin

Enfin, les données climatiques doivent être rendues plus lisibles, accessibles et compréhensibles pour les acteurs. C’est pourquoi un travail de clarification des visuels est mené afin d’offrir une gamme de représentation de la plus simple à la plus complexe.
En parallèle, les contenus sont travaillés de façon à aborder des phénomènes et les impacts des changements climatiques, comme c’est le cas pour la procédure Vigilance. Cette procédure est connue de tous, car c’est elle qui est mise en place lors des évènements climatiques exceptionnels tels que les canicules ou les tempêtes. Elle permet de visualiser et de comprendre clairement et rapidement, sur les différentes régions françaises le niveau de risque et la vulnérabilité des populations.


« Le véhicule quotidien de la prévision du temps peut faire passer des éléments de plus longue perspective, des références qui peuvent provenir d’un passé connu, appelant à la mémoire et à la culture, et à des références. »
Philippe Dandin

L’évolution des formes de représentation cherche à « sortir des sentiers battus », en proposant des interfaces plus sensibles et faciles dans leur compréhension, en retirant la donnée chiffrée pour donner des raisonnements en termes d’impacts permettant d’entrer dans le référentiel des utilisateurs.
Le storrytelling, raconter les histoires du climat, permet d’introduire progressivement les notions et la complexité. Animations et vidéos sont des supports, certes inhabituels pour les scientifiques, qui permettent de changer le niveau d’appropriation de l’information par l’utilisateur et d’intégrer, de sophistiquer au fur et à mesure les prestations fournies.
C’est en cela que l’utilisateur est replacé au centre, car on cherche à lui rendre accessible toutes ces informations.

Sont représentées ici les températures des étés entre 1960 et 2009 selon différentes échelles de temps :
– Quotidiennes, représentées par des points, de l’extérieur vers l’intérieur.
– Décadaires (10 jours), représentées par les segments les plus fins.
– Mensuelles, représentées par les segments plus épais.
– Saisonnières, qui sont au centre du cercle.
De telles représentations rompent avec celles habituellement produites par les scientifiques du climat. Elles peuvent soutenir des réflexions sur la prise en compte des tendances et de la variabilité du temps.
L’exemple présenté couvre le passé mémoriel. Il est aisé d’imaginer la projection de la couronne centrale vers des futurs scénarisés.
Un tel support, associé à une narration, permet de véhiculer de nombreuses notions utiles à la prise de conscience et à la réflexion.