Docs utiles

Fiche n°5 : Agir au quotidien

Pour télécharger la fiche (résumé) cliquez sur la bannière !




Pour voir la vidéo associée, cliquez sur le logo !



Le sujet du changement climatique, de son atténuation et de l’adaptation de nos sociétés est porteur d’enjeux primordiaux pour l’avenir.
Mais comment réduire nos impacts au quotidien, quels sont nos leviers d’actions ?
Pour illustrer ce sujet, nous avons choisi l’exemple de L’Atelier Solidaire d’Empalot à Toulouse.

LE QUARTIER D’EMPALOT

Le quartier d’Empalot est un quartier populaire proche du centre ville de Toulouse. Il est composé à 86% de logements locatifs sociaux, gérés pour la majorité par le bailleur social Habitat Toulouse.
La majorité des habitants de ce quartier est dans une situation de précarité économique : faibles revenus, un fort taux de chômage, surreprésentation des familles monoparentale, etc. Ce quartier est également caractérisé par une forte dynamique associative.
Depuis 2008 le Grand Projet de Ville (aussi dit GPV, qui est un projet de renouvellement urbain) en fait un quartier en pleine mutation, avec la démolition de vieilles barres d’immeubles (grands ensembles des années 1960) et, depuis 2013, la construction de nouveaux logements.


LE PROJET DE L’ATELIER SOLIDAIRE

L’Atelier Solidaire est issu d’une initiative portée par le service Recherche et Développement d’EDF, afin de favoriser la maîtrise des énergies dans les logements et sensibiliser les habitants aux économies d’énergie. À l’origine, le projet était de mettre en place un appartement pédagogique (appartement témoin) présentant les différents postes de consommation d’énergie et les leviers de réduction, à destination des habitants d’un quartier. L’enjeu principal de l’Atelier Solidaire consiste à lutter contre la précarité énergétique. Pour ce faire, il cherche à sensibiliser et amener aux économies d’énergie dans le logement, non seulement pour réduire les consommations d’énergie, mais également les factures des ménages.

      

Le quartier d’Empalot a été choisi pour accueillir le projet de L’Atelier Solidaire et l’expérimenter en situation réelle. Ce projet a été co-construit avec une multitude de partenaires, mais aussi avec les habitants du quartier. Grâce à cette concertation, le projet de L’Atelier a pu évoluer afin de répondre au plus près aux besoins des ménages, c’est-à-dire d’avoir une approche plus globale du logement afin de favoriser le bien-être des habitants.
En effet, le parc locatif social est, dans certains cas, obsolète en matière de confort et de règlement thermique. Ainsi, bricolage et décoration ont été identifiés comme les leviers d’action majeurs pour sensibiliser et inciter par la suite aux économies d’énergie.
Le projet de l’Atelier Solidaire a donc évolué d’une forme d’espace info-énergie à un lieu où apprendre à bricoler chez soi, en y incluant les questions énergétiques dans un second temps.
L’Atelier propose ainsi toute une palette d’animations et de formations sur le bricolage, la décoration et la gestion de la consommation énergétique.

LA DÉMARCHE DE CONSTRUCTION DU PROJET

Lancé par le
service recherche et développement d’EDF
, le projet de l’Atelier Solidaire a mobilisé plusieurs partenaires :
Toulouse Métropole
dans le cadre du Plan Climat (PCET), la
Mairie de Toulouse
dans le cadre de la Politique de la Ville, le bailleur social
Habitat Toulouse
qui est très présent dans le quartier d’Empalot, la
CAF
(Caisse des Allocations Familiales) à travers le centre social (situé non loin de l’Atelier) et le magasin
Leroy Merlin
Roques.
L’association des Compagnons Bâtisseurs
à été choisie pour animer et gérer le lieu fin 2014.
Les habitants ont été associés au projet dès le départ. Trois habitantes sont les représentantes permanentes de l’ensemble des habitants du quartier et ont permis de faire remonter les souhaits et besoin des résidents vis-à-vis de cet atelier.
Cette dynamique partenariale a été très importante pour pouvoir mener à bout l’ensemble du projet. L’échange des compétences et savoir-faire ont permis d’avoir une réflexion complète et aboutie sur le projet. Les partenaires sont réunis dans un comité de pilotage et un comité technique.
Le comité de pilotage gère le projet d’un point de vue stratégique et prend les décisions générales relatives à son fonctionnement, on y retrouve notamment les élus. Il se réunit une fois par an pour faire un bilan du projet et étudier les perspectives.
Le comité technique, regroupe également tous les partenaires, mais apporte des éléments plus concrets dans la réflexion collective, c’est-à-dire par quels moyens mettre en place le projet dans la pratique, selon les besoins.
Par exemple, Habitat Toulouse a mis à disposition un ancien logement, a aidé à sa réfection et assure une permanence sur place.
Le second œuvre a été réalisé par l’animateur de l’Atelier recruté par la suite, Moahsane Kercenna, avec l’aide des bénévoles et des habitants. Ce qui a été une étape supplémentaire pour l’appropriation du lieu et son intégration dans le quartier.
Leroy Merlin Roques a mis à disposition des outils pour l’outilthèque et du matériel pour la réfection de ce lieu, de même qu’une bricothèque d’ouvrages sur le bricolage, la décoration, le matériel pédagogique de l’atelier, etc. Également, une convention a été signée pour récupérer au sein de l’Atelier les matériaux invendables et ainsi les mettre à disposition des utilisateurs du lieu.
L’objectif de l’Atelier sur les 5 prochaines années est que les habitants terminent de s’en saisir et le gèrent eux-mêmes.

QUE TROUVE-T-ON À L’ATELIER SOLIDAIRE ?

L’Atelier Solidaire est un ancien appartement, transformé en atelier, situé au cœur du quartier d’Empalot. Il se compose de plusieurs espaces.
Dès l’entrée dans ce lieu, à droite, se trouve un atelier qui se compose d’un mur d’exercice et d’établis. Y sont réalisés des ateliers et animations de bricolage afin d’apprendre à réaliser de petits travaux tels que poser une étagère, du papier peint, peindre, percer, etc.

L’idée de cet espace est de permettre aux habitants de prendre en main les outils, de leur apprendre à les manipuler et de les mettre en situation, afin qu’ils soient capables par la suite de reproduire les gestes chez eux, en autonomie.

A côté, le long du mur, se trouve une petite librairie, la bricothèque, où sont regroupés plusieurs ouvrages sur le bricolage et la décoration.
En face du mur d’exercice, se trouve l’espace énergies, mur consacré aux moyens d’économiser l’énergie dans le logement.



« Réduire de 1°C la température d’une pièce c’est déjà réaliser 7% d’économies »
Moahsane Kercenna, animateur de l’Atelier Solidaire

Il se compose de panneaux présentant, par thèmes, les différents postes de consommation énergétique dans le logement. On y trouve également des solutions, par comparaison entre les différents outils disponibles, pour réaliser ces économies. Plusieurs panneaux sont également dédiés à la compréhension de la facture d’énergie, à la lecture des étiquettes énergie que l’ont retrouve sur l’électroménager par exemple.
Un espace dédié à la ventilation et la petite plomberie est situé juste à côté. Il s’agit ici de comprendre comment fonctionne une VMC, comment poser un économiser d’eau sur les robinets, réparer sa chasse d’eau, ou encore comment déboucher un siphon par exemple.
Enfin, une petite pièce abrite l’outilthèque. Sous réserve d’adhésion (pour 10€/an), elle permet l’emprunt de petit outillage et d’électroportatif (perceuse, visseuse, etc.) et donc de mutualiser ce matériel à l’échelle d’un quartier. La condition d’emprunt est d’avoir les capacités de se servir de ces outils. Dans le cas contraire un accompagnement pour leur prise en main est réalisé.

L’ANIMATION DE L’ATELIER SOLIDAIRE

L’Atelier Solidaire n’est pas une exposition, et a donc vocation à être animé par un intervenant. Les personnes se rendant aux animations sont invitées à adhérer, pour 10€ par an.
Sont organisés des ateliers thématiques, menés par l’animateur du lieu ou bien des intervenants extérieurs. Les thèmes des ateliers sont choisis selon les besoins des habitants et répondent systématiquement à une demande. Ils peuvent porter sur le recyclage, la réparation, la réutilisation d’objet, la décoration, comme sur la peinture, la pose de papier peint ou de lino, le débouchage d’un siphon, la réparation d’une fuite d’eau, etc.
Cela correspond également aux tâches relevant du locataire.
Les habitants ont également demandé à développer les visites à domicile, afin de les aider à appliquer chez eux ce qu’ils apprennent au cours des animations.
En effet, s’ils arrivent à mettre en pratique au sein du local de l’Atelier, qui est un endroit idéal pour réaliser des travaux (dans le sens où il y a de l’espace, peu d’obstacles, …), ils ont parfois du mal à le reproduire chez eux (par exemple, comment peindre derrière un radiateur, etc.).

Des visites sont donc organisées, et à cette occasion l’animateur regarde également les dispositifs pour réduire les consommations d’énergie et propose des solutions en cas de besoin (par exemple régler la température dans l’appartement).
Des petites prestations peuvent également être proposées par l’Atelier Solidaire, par exemple pour repeindre une pièce, pour des personnes n’ayant pas la possibilité de le faire eux-mêmes. Une équipe est donc constituée avec un expert et un ou plusieurs bénévole de l’Atelier (qui s’avèrent souvent être des habitants du quartier).

Plusieurs intervenants extérieurs participent également, à l’animation du lieu, comme par exemple :
Recyclobat (qui fait de la récupération de bois) ;
Envie (propose de réparer du petit électroménager – entreprise d’insertion) ;
La Glanerie (ressourcerie, qui récupère et répare des meubles) ;
L’espace info-énergie de Toulouse (porté par Solagro) ;
EDF ;
CLCV31 (Association Nationale de défense des consommateurs et usagers en Haute Garonne) ;
Face Cité (Fondation Agir Contre l’Exclusion) ;
Habitat Toulouse.

L’Atelier Solidaire coordonne les interventions selon les propositions et les besoins des habitants. Ces intervenants sont réunis deux fois par an pour échanger sur leurs propositions d’atelier et ainsi combiner leurs savoirs et compétences pour avoir une offre la plus large et complète possible.
L’Atelier Solidaire a été bien accueilli dans le quartier, du fait de l’implication, dès le départ, des habitants et de la dynamique associative existante. Ainsi, il est complémentaire des autres structures associatives du quartier, et accueille des intervenant voisins. Les compétences sont échangées grâce à la pluralité des thématiques abordées.


« L’Atelier Solidaire est un équipement de quartier pour accueillir et rendre visible des actions déjà existantes sur ces thématiques. C’est un écrin pour les initiatives existantes car c’est un lieu ouvert à la fois pour les habitants, mais aussi à d’autres structures ».
Florence Climaco, chargée de développement territorial


Les habitants peuvent eux aussi proposer des animations
via par exemple l’initiative « agir dans mon quartier » qui permet de bénéficier d’une enveloppe pour des projets. Dans ce cadre, des ateliers sur la construction de meubles en carton ont été organisés, où l’Atelier Solidaire a uniquement mis à disposition le local.
Les salariés du magasin Leroy Merlin de Roque sont également venus faire des interventions lors de la quinzaine du bricolage, évènement habituellement organisé dans les magasins. Ils se sont déplacés pour le réaliser à l’Atelier et le rendre accessible aux habitants d’Empalot.
Le public enfant n’est pas directement visé par les animations, pour le moment, mais les jeunes sont aussi les bienvenus. Cependant l’association « Les Petits Débrouillards » s’est rapprochée de l’Atelier afin de faire venir des collégiens et lycéens. Si l’Atelier ne définit pas encore d’animation à destination des jeunes publics en particulier, il saisit les opportunités qui s’offrent à lui pour toucher le maximum de personnes possible. Il porte une oreille attentive aux propositions d’activité et d’animations qui lui sont faites.

UN LIEU DE SOLIDARITÉ, DE CONVIVIALITÉ ET D’ÉCHANGES

C’est un lieu ouvert en priorité aux habitants du quartier, mais tout le monde peut venir y chercher conseils et aide. Il est situé au cœur d’Empalot et a été inauguré le 30 mai 2015 et ouvert au public le 10 juin avec l’organisation d’une crémaillère festive par les habitants du quartier.
La communication s’effectue beaucoup par le bouche à oreille pour les ateliers, autrement un peu de communication de la part du Centre Social, Habitat Toulouse, etc. quelques flyers seront distribués aux nouveaux arrivants du quartier.



« C’est un lieu convivial qui se veut de cohésion sociale. L’Atelier a un petit côté salon de thé, simple et convivial. C’est un repère de rencontre »

Florence Climaco

La dynamique de l’Atelier Solidaire trouve un bon écho auprès des habitants, puisqu’il leur permet de mettre en pratique des travaux. Il incite et dynamise un groupe d’habitants qui n’aurait peut être pas agit sans : en effet, les ateliers permettent aux habitants de se rencontrer et de pouvoir éventuellement trouver de l’aide dans la réalisation de leurs travaux. La dynamique collective est donc importante au sein de l’Atelier.
Le frein majeur dans le fonctionnement de l’Atelier, dans son objectif d’être accessible au plus grand nombre sont les horaires d’ouverture : donc une permanence un samedi matin sur deux pour pouvoir toucher les personnes qui ne sont pas disponibles les autres jours a été mise en place.

BILAN DE L’ATELIER SOLIDAIRE

130 personnes ont été sensibilisées au travers des ateliers et animations depuis le mois de juin (ce chiffre est le nombre de personnes ayant laissé leurs coordonnées pour recevoir de l’information de la part de l’Atelier, ils ne sont par nécessairement adhérents.
Il y a un noyau dur d’habitants qui viennent souvent à l’Atelier et aux animations. 23 ont eu lieu depuis juin et en moyenne il y a 5 à 6 personnes (sur une capacité de 10). L’Atelier Solidaire reste ouvert pendant les atelier, il n’y a pas d’inscription et on peut suivre en cours de route. Dans tous les cas, aux heures d’ouverture, tout le monde est le bienvenu. 19 personnes peuvent être accueillies au sein du lieu.

SAVIEZ-VOUS QUE… ?

L’essaimage d’une initiative telle que l’Atelier Solidaire repose dans les mains des collectivités, tout du moins pour reproduire ce format.
Il est nécessaire de rassembler autour de la table plusieurs partenaires. Même si le processus de construction du projet est ralenti, cela permet d’aller plus loin.
Il est primordial d’impliquer les habitants et de « laisser le projet échapper des mains des initiateurs » afin qu’il bénéficie d’un bon accueil dans le quartier. Les habitants doivent pouvoir s’identifier et s’approprier le lieu.

Les habitants relogés font face à un changement de fonctionnement de leur logement, comme par exemple le passage d’un chauffage collectif à un chauffage individuel. Le schéma type est le suivant : les ménages habitent un logement bénéficiant du chauffage collectif, et ne peuvent pas régler le thermostat. Pour réguler les températures ils doivent donc ouvrir les fenêtres. Or dans leur nouveau logement le chauffage est individuel. S’ils conservent le même mode de fonctionnement, le montant de leur facture s’en ressentira. L’objectif de l’Atelier sur son volet énergie, est de former à la gestion du chauffage individuel, les températures idéales à avoir dans les pièces, etc. Ensuite, il peut accompagner plus généralement sur les différents postes de consommation énergétique, les différents types d’ampoule existant, le fonctionnement des compteurs d’électricité, les éco-gestes, etc. Il s’agit d’aider à la compréhension et l’adaptation des comportements au nouveau lieu de vie.