Docs utiles

Fiche n°1 : Bâtir en éco-construction

Pour télécharger la fiche (résumé) cliquez sur la bannière !




Pour voir la vidéo associée, cliquez sur le logo ! 




QU’EST CE QUE L’ÉCO-CONSTRUCTION ?

Éco-construire consiste à utiliser des matériaux naturels renouvelables et recyclables pour réaliser des bâtiments dont l’impact environnemental est le plus faible possible (besoins énergétiques, matières premières, gestion des déchets, qualité de l’air, etc…), tout en offrant confort et qualité de vie pour ses occupants.
Pour illustrer ces méthodes, nous avons choisi l’exemple de l’association Pierre et Terre, qui a « éco-construit » son lieu d’accueil, l’Écocentre.

QUI EST PIERRE ET TERRE ?

C’est une association créée en 1997 dont le but est de promouvoir les alternatives en matière de pratiques éco-citoyennes auprès des particuliers, des collectivités et des artisans.
Grâce à son expérience, l’association propose son savoir-faire sur les alternatives éco-citoyennes en matière : d’eau et de nature, d’habitat et de jardin, et de consommation.
L’association est un animateur important du territoire gersois, et grâce à ses 15 années d’expérience, elle se positionne comme l’un des centres de ressource du territoire pour accompagner les personnes ayant un projet sur ses thématiques de prédilection.

Pour plus d’informations sur Pierre et Terre, cliquez sur le logo. 



LE PROJET : UN ÉCOCENTRE EXEMPLAIRE, PERFORMANT ET DÉMONSTRATIF

L’Écocentre Pierre et Terre a été réalisé en 2011. Souhaitant construire un bâtiment en cohérence avec ses activités, l’association a conçu un éco-lieu d’environ 400 m² dont 345 m² habitables. L’objectif était d’éco-construire une structure ayant la taille d’une grosse maison.

Exemplaire : des techniques et des matériaux locaux

Tout le bâtiment a été réalisé avec des matériaux naturels recyclables, issus de filières courtes et locales. Les murs sont construits avec des bottes de paille (ils sont dits en « paille porteuse »), et sont enduits de terre crue naturelle. C’est une ossature en bois douglas local qui a été choisie pour soutenir l’étage et la toiture.
La paille provient d’une exploitation à 30 km du site (Marciac) et la terre du site et d’une carrière à 80 km (Boulogne-sur-Gesse). Les différents types de bois utilisés pour réaliser les charpentes et le second œuvre (douglas, mélèze, platane, etc.) proviennent tous de la région.

Du chanvre et de la laine de mouton, co-produits de l’agriculture et souvent traités comme des déchets, ont été valorisés et utilisés pour l’isolation des sols, des cloisons et des combles.

L’ensemble des travaux a été réalisé par des artisans du territoire, favorisant également la transmission et la valorisation des savoir-faire locaux.

Du fait de la proximité des matériaux et des artisans qui ont participé au chantier, l’énergie grise dépensée est très faible .

On appelle énergie grise la somme de l’énergie totale dépensée pour fabriquer un produit : extraction des matières premières, étapes de transformation, conditionnements, mise en œuvre, recyclage, destruction, mais aussi tous les engins, matériels et transports utilisés. Par exemple, pour le bois : il s’agit de son abattage, son transport en scierie, sa coupe aux dimensions choisies, les finitions, éventuellement le traitement, puis son acheminement jusqu’au chantier. C’est pourquoi en réalisant une construction avec des matériaux locaux et renouvelables, on réduit grandement la part d’énergie grise consommée.

Performant : des équipements et des énergies renouvelables

Grâce à une orientation bioclimatique, une isolation performante intégrée (paille) et la production locale d’énergie avec une petite éolienne, des panneaux solaires photovoltaïques (électricité) et thermiques (eau chaude et chauffage, complétés par un poêle à granulats), l’Écocentre est un bâtiment à énergie positive : la consommation propre du bâtiment a été mesurée à -24 kWep/m²/an, signifiant qu’il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.
Si le bâtiment est autonome en énergie, il l’est également en eau, avec deux cuves de récupération d’eau de pluie disposant de plusieurs niveaux de filtres : l’un pour l’usage domestique (nettoyage, lave-linge, etc.) et deux autres pour la rendre potable (une cartouche en céramique pour éliminer virus, pesticides et métaux lourds, et une filtration membranaire à osmose inversée pour ne garder que la molécule d’eau).
Un système d’assainissement par filtres plantés prend en charge le traitement des eaux usées.

Démonstratif : une vocation et un objectif pédagogiques

L’Écocentre de Pierre et Terre est le lieu de vie de l’association, mais aussi et surtout, un moyen concret d’illustrer et de communiquer sur l’éco-construction. Grâce à sa taille, il est la preuve qu’il est possible de construire durablement sans dépenser plus que pour un chantier conventionnel. En effet, les coûts de construction sont de l’ordre de 1200€/m² (TTC).


« Grâce à l’Ecocentre, nous avons pu montrer qu’il est possible de construire local et durable. Et en plus, il s’avère que c’est moins cher ! »

Christophe Merotto, directeur de Pierre et Terre

Le bâtiment en lui-même est un exemple de quelques techniques d’éco-construction. Celles n’ayant pas été mises en œuvre sont représentées au sein d’une matériauthèque, à l’entrée.
L’Écocentre est un espace ouvert à tous les publics, et dispose d’une librairie et d’une éco-boutique. Des visites guidées sont organisées chaque 1er vendredi du mois, gratuites et sans réservation, à 15h30.



UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISÉ OUVERT À TOUS

Les actions de Pierre et Terre s’organisent autour de trois piliers : informer, animer et accompagner. Elles sont ouvertes et accessibles à tous, des particuliers aux collectivités, en passant par les entreprises et les associations. L’association a signé un partenariat avec la CAF pour que les ménages en difficulté puissent bénéficier de ses compétences dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique.
Un accompagnement de A à Z est proposé dans la construction et la réalisation des projets de chacun, l’objectif étant d’arriver à des actions concrètes. Ainsi une centaine de particuliers, une quinzaine d’associations et d’entreprises sont accompagnés chaque année. De même, une quarantaine de collectivités ont été conseillées pour la rénovation ou la construction de bâtiments publics.


« Il y a des enjeux énormes pour demain dans la réalisation des bâtiments publics. Ils ont un rôle très important à jouer car ils ont un fort impact sur un territoire en montrant l’exemple et en inspirant les particuliers pour leurs constructions individuelles. »

Paul Cottavoz, président de Pierre et Terre

Par exemple :
– L’association a été identifiée comme centre de ressources pour le territoire du Pays du Val d’Adour et a participé à la réalisation du projet de développement du territoire.
– Elle a participé à la construction de l’école primaire de Saint-Germé, bâtiment à énergie positive composé d’une ossature en bois et d’une isolation en laine de bois, équipé d’une chaudière à granulés. La particularité de cette école repose toutefois sur le fait que l’intégralité des sanitaires est en toilettes à compost. (Si des doutes sur l’hygiène et les odeurs ont subsisté, le constat est fait que le taux d’absentéisme dû aux maladies des enfants a chuté. En effet, les bactéries se développent dans les milieux humides, propices à leur reproduction. Les sanitaires classiques sont donc plus susceptibles de favoriser les « épidémies » au sein des écoles, tandis que les toilettes à compost sont des milieux totalement secs où les bactéries ne peuvent pas subsister. Ils apportent donc une meilleure hygiène, tel que cela a été constaté).
– Elle réalise également des éco-diagnostics dans les bâtiments existants, en étudiant chaque pièce et chaque mur, puis en proposant des actions pour améliorer l’isolation et donc la performance énergétique du bâtiment.


« Quand on fait quelque chose d’alternatif, de différent, il faut avoir beaucoup de rigueur pour le faire accepter dans ce système conventionné. Ce genre de conception est, en France, principalement portée par le milieu associatif, alors qu’ailleurs elle est portée par les collectivités ou le gouvernement (notamment dans les pays nordiques). C’est pourquoi il est important de travailler avec les artisans et de lutter contre l’habituel « c’est impossible ». »

Christophe Merotto

SAVIEZ-VOUS QUE… ?

L’association est un acteur important à la fois du territoire, mais aussi au niveau national puisque grâce à ses projets, et son expérience, elle permet de prouver que certains projets sont possibles et amende ainsi textes de lois et arrêtés.

Aujourd’hui, le secteur du bâtiment est très consommateur d’énergie. L’éco-construction, qui n’est pas plus chère qu’une construction classique, est l’un des leviers d’action pour réduire ces dépenses énergétiques. De plus, elle permet de réaliser des économies sur le long terme (chauffage, eau, électricité, etc…) !

À l’instar du projet de Pierre et Terre, ces initiatives sont des vitrines des alternatives qui existent. Si vous avez un projet de ce type, des professionnels peuvent vous guider : n’hésitez donc pas à vous faire accompagner !

LE BILAN DE L’ÉCOCENTRE

Crédits photos ©PierreetTerre ; ©FNEMidiPyrénées ; ©Freepik