Actualités

FNE Midi-Pyrénées fête ses 40 ans !

Au départ nommée Uminate, notre fédération régionale a connu une histoire riche et parfois mouvementée à l’image aussi des combats, engagements et difficultés que peut connaître l’ensemble du monde associatif. Aujourd’hui FNE Midi-Pyrénées peut compter sur une dynamique nouvelle afin de fédérer les APNE de la région car, ensemble, on va toujours plus loin…

LA CREATION
En juillet 1973, plus de 150 associations sont répertoriées sur la région ; un certain nombre partage le projet de création d’une fédération régionale qui serait membre de la FFSPN (Fédération Française des Sociétés de Protection de la Nature)1.
Uminate (Union Midi-Pyrénées Nature et Environnement) naît le 5 mars 1974, à Toulouse.
Des idées forces motivent l’action d’Uminate et de ses membres, telles que la défense de la protection de l’environnement, des éléments fondamentaux de la vie ; l’accès à l’information et la possibilité d’agir pour tous les citoyens. Enfin, d’avoir toujours présent à l’esprit l’importance du sérieux de ses arguments, le respect d’une déontologie et le souci de cohérence dans ses actions.
Des outils sont rapidement créés :
– Un journal d’information conçu sur IBM à boule à vocation interne est réalisé à partir de 1983,
– Des fiches juridiques pour nos associations,
– Création de matériel pédagogique : une première exposition « Arbre mon ami »,
– Pendant plusieurs années, un stand le mercredi en plein marché place du Capitole, permet de diffuser les publications d’Uminate mais surtout d’aller vers le public,
– Travail conséquent d’information sur les risques (nucléaire à venir ; chimie ; risques naturels ; bombes roulantes),
– Participation à des salons grands publics (Sitef, …),
– Formation des candidats aux municipales décembre 1988 sur les compétences d’un maire en matière d’environnement).
A l’automne 1990, participation aux Assises à Labège qui débouchent notamment sur la validation du projet de l’ARPE et un engagement public pour une MRE (Maison Régionale de l’Environnement) permettant l’accueil du public, des synergies entre les résidents, de faire en sorte de respecter les compétences et les savoirs de chacun, de mettre en commun des moyens, …

10 ANS A LA MAISON REGIONALE DE L’ENVIRONNEMENT : 1991-2001
Uminate développe des actions de sensibilisation – information – pédagogie mais aussi un appui : avec notamment :
– Un centre serveur sur minitel (1993) puis d’un site web (ouvert en décembre 97),
– Une rubrique hebdomadaire sur Sud Radio par le Secrétaire Général de l’époque,
– Développement conséquent des activités pédagogiques et des actions pluri-annuelles :
1/ enquêtes de rue et enquêtes auprès des bénévoles pour définir un état des lieux, puis organisation et animation d’un colloque
2/ création de matériel pédagogique (expo, fiches, livret, jeu)
3/ mise en œuvre et animation de l’exposition à la maison de l’environnement, puis en itinérance. Conception de « panneaux fleurs » pour présenter le bouquet de réponses à une question.
Outre celle des bénévoles, Uminate met en œuvre la formation des commissaires enquêteurs de Midi-Pyrénées et intervient dans des formations pour fonctionnaires (Etat et collectivités locales), mais aussi de grandes écoles (ENSAT, ENA, etc.).
Bien évidemment Uminate est à l’origine de bien d’autres actions, par exemple la contestation de projets de barrages de Charlas.

2002 ANNEE CHARNIERE
De multiples facteurs vont apporter des éléments de fragilisation à la fédération (soit en termes d’équipe -changement de direction- soit en terme de moyens financiers) ou constituer des éléments de rupture.
L’année 2004 est caractérisée par une obligation pour le nouveau président, Rémy Martin de prendre des décisions drastiques pour réorganiser la fédération tout en lui donnant un nouveau souffle. 2004 va être donc à la fois l’année où la décision de réduire fortement l’équipe salariale est prise mais aussi celle où le Bureau et le Conseil d’Administration vont élaborer et valider des « propositions d’orientations pour les 3 ans à venir ». FNE Midi-Pyrénées se lance dans l’organisation de ses assises régionales et départementales.

A PARTIR DE 2011….
L’ARPE a mis fin à la convention historique portant sur l’animation du centre documentaire de la Maison de l’environnement faute de moyens financiers. Le centre documentaire n’est alors plus ouvert au public que sur rendez-vous.
A l’occasion du congrès annuel de FNE sur les Présidentielles, un bus est affrété, plus de 50 personnes se sont mobilisées. Un stand permet de rendre visible les actions engagées par FNE Midi-Pyrénées auprès de ses homologues régionaux.
A partir de 2011, la fédération regagne sa notoriété auprès de ses membres et de son public cible et multiplie ses actions : site internet (2011), expositions, assises de l’agriculture (2012), assises de la mobilité (2013) et séminaire eau (2014).

FNE Midi-Pyrénées a participé à la création de multiples structures, en tant que membre fondateur :
– du COPRAE comme espace de concertation concernant l’environnement en Midi-Pyrénées,
– du SPPPI : secrétariat permanent de prévention des problèmes industriels,
– de l’ORDIMIP : l’observatoire régional des déchets industriels de Midi-Pyrénées,
– du CIAPP (protection du massif pyrénéen),
– de l’ARPE…



Paroles de bénévoles

:

________________________________________
« La coopération du Comité Ecologique Ariégeois et de FNE Midi-Pyrénées (auparavant UMINATE) est ancienne et marquée par la fidélité. Outre le fait que nous sommes adhérents de longue date à la Fédération régionale, nous avons bien compris que l’union faisait la force, surtout du point de vue d’une petite association départementale lancée dans des batailles sur le terrain face à des intérêts particuliers souvent exacerbés.
Mon souvenir personnel le plus marquant, en dehors de mes passages réguliers au centre de documentation géré par l’UMINATE, a été le début de notre collaboration juridique avec la Fédération en 2004 pour attaquer un Arrêté fixant la liste des animaux nuisibles en Ariège. Depuis cette date, de nombreux contentieux administratifs, dont la finalité était la préservation des espèces, ont été élaborés par le service juridique de FNE Midi-Pyrénées. Notamment une importante série de recours contre les arrêtés relatifs à la chasse au grand tétras dans les Hautes-Pyrénées depuis 2008. J’ai toujours pris un grand plaisir à ajouter mes remarques et mes informations aux mémoires présentés afin de contribuer à préserver cet oiseau menacé ».

Thierry de Noblens
Membre du Comité Ecologique Ariégeois
Président de FNE Midi-Pyrénées depuis 2014

________________________________________
« La lutte contre le projet Charlas et son débat public a été un grand moment où j’ai ressenti la valeur ajoutée du mouvement, dans la lutte contre de gros projets », se rappelle Rémy Martin. « Il s’agissait de débats d’envergure régionale voire nationale, où la valeur ajoutée a été le lien avec FNE et le poids dans la saisine de la commission du débat public. Quand il a eu lieu, l’organisation au niveau régional a permis de mobiliser les niveaux départemental, régional et national en fonction des réunions publiques et de leurs enjeux ». Rémy Martin se rappelle notamment « une réunion très tendue à Saint Gaudens, sur l’expertise complémentaire, où Bérangère Chambon, alors Présidente de FNE Midi-Pyrénées, a menacée de quitter le débat. Le poids du mouvement s’est tout de suite fait sentir, et la fédération régionale a été écoutée. »

Rémy Martin
Président de FNE Midi-Pyrénées de 2004 à 2014
________________________________________
« C’est en juin 1973 que j’ai été sollicité pour être secrétaire –adjoint du bureau provisoire, chargé pendant plusieurs mois d’établir les statuts de notre future Fédération que nous avons appelée UMINATE conjointement avec les autres membres du bureau. Après avoir été Président 12 ans, j’ai fait partie du bureau de l’UMINATE puis de FNE Midi-Pyrénées comme vice-président, puis secrétaire pendant encore 13 ans jusqu’en mars 2013.[…] Pendant donc plus de 40 ans, j’ai été actif dans le domaine du Patrimoine et de l’Environnement, contribuant à créer l’UPNET en 1982, puis le CPIE des Pays Tarnais […] ».

Didier Pacaud
Président de UMINATE de 1987 à 1999
________________________________________
Fréderic Caméo Pons se remémore les actions menées par FNE Midi-Pyrénées dans les années 1980 pour la valorisation de la Garonne. A l’époque « la dimension de milieu naturel n’était pas prise en compte ». Dans un contexte de sorti des « 30 glorieuses », le fleuve était vu comme « un objet : la principale difficulté c’était la prise de conscience de l’intérêt de ces milieux naturels, l’obstacle était quasi culturel ». Un défi que FNE Midi-Pyrénées a su relever.

Frédéric Caméo Pons
Ancien président de Nature Midi Pyrénées
________________________________________
« Lorsque nous avons adhéré, nous étions vu comme une association étrange à Uminate Nous étions alors les seuls à voir dans l’hydroélectricité les conséquences négatives sur l’environnement. » se remémore Henry Delrieu. Il a fallu du temps pour que les associations telles que le Chabot et la FRAPNA fassent comprendre qu’ils étaient porteurs d’une réflexion nouvelle. Depuis peu, des dossiers importants, tels que le dossier sur la prolifération des gravières en basse Ariège et le dossier du classement des cours d’eau, ont permis « une coopération très sympa avec FNE Midi-Pyrénées, ce qui nous a aussi permis de nous élargir » ; des expériences intéressantes pour faire avancer les positions de l’association sur des sujets sensibles.

Henri Delrieu
Secrétaire Général de l’APRA le Chabot
________________________________________
« En 1984, l’approche des sujets par UMINATE était très générale, il n’y avait pas une ombre de NIMBY, au contraire, les bénévoles s’inscrivaient dans l’optique de refaire le monde. Par ailleurs, à l’époque il n’y avait pas d’expression politique prenant en compte l’environnement, des listes associatives ont été présentées aux élections municipales.
Au moment de la contestation du projet de centrale électro-nucléaire de Golfech, un diaporama a été conçu par UMINATE sur le développement des énergies renouvelables suivi d’une promenade dans la région pour présenter les alternatives possibles au nucléaire auprès de nos membres ».

Ancien Secrétaire Général de UMINATE
________________________________________
« A l’origine, il y avait un besoin d’ouverture, de travailler au déconfinement des questions environnementales », se rappelle José Cambou. Elle a ainsi poussé pour que le centre documentaire qu’elle a créé en 1982 soit ouvert au public de manière à mettre à la disposition du plus grand nombre des journaux, des bouquins, des notes de réunions… Plus tard, « à la création de la Maison de l’Environnement, il était logique que UMINATE anime le centre documentaire, de par la matière et le savoir-faire acquis dans le temps ».
José Cambou s’est fortement investie sur le thème des Risques, elle a œuvré à apporter de la lisibilité sur les Risques Majeurs et les Risques Naturels eu égard aux infos disponibles à l’époque, et souvent confidentielles. Elle a tenu le stand de UMINATE au salon du Risque de Midi-Pyrénées avec des dossiers, des cartes des documents sur Golfech, des diaporamas et un poste informatique « C’était d’enfer ! » il avait un jeu informatique qui avait été conçu spécialement par un jeune bénévole, avec un système de quizz, « c’était simple, mais ça permettait de vérifier les connaissances et d’en acquérir ! »

José Cambou
Vice-Présidente de FNE Midi-Pyrénées
Directrice de UMINATE de 1981 à 2002
________________________________________
« Je n’ai qu’un seul souvenir de UMINATE : José Cambou dans son Bureau ! »

Françoise Matricon
Bénévole ariégeoise

1Qui deviendra ultérieurement France Nature Environnement (FNE).